Appel pour la libération de l’enfant devenu le symbole de la résistance pour Jérusalem

Fawzi al-Junaïdi, ce garçon de 14 ans arrêté, les yeux bandés, par 23 soldats israéliens, est devenu le symbole de la résistance

La tension a grimpé suite à la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme la capitale d’Israël, le 6 décembre. Fawzi al-Junaïdi, ce garçon de 14 ans arrêté, les yeux bandés, par 23 soldats israéliens, est devenu le symbole de la résistance.

L’oncle de Fawzi, Rachad al-Junaïdi, a appelé les organisations internationales des droits de l’homme à la libération de son neveu.

Il a déclaré que Fawzi a été arrêté par les soldats israéliens près du checkpoint militaire situé devant la colonie juive de Kiryat Arba à Al-Khalil sous occupation lors des événements qui ont éclaté jeudi. Il a ajouté que le garçon avait été transféré à la prison militaire d’Ofer à l’ouest de Ramallah.

“Les parents de mon neveu Fawzi al-Junaïdi, battu par les soldats israéliens qui lui ont ensuite bandé les yeux, sont trop malades pour pouvoir parler devant les caméras, je m’exprime donc à leur place” a déclaré son oncle, Rachad al-Junaïdi.

L’oncle a appelé à une intervention d’urgence des organisations internationales des droits de l’homme pour la libération de son neveu.

Fawzi est l’aîné d’une famille de sept enfants, il est le seul à apporter un revenu à la maison. Son oncle a précisé qu’il gagne son pain en trouvant de l’emploi dans des postes de travail journalier.

« Fawzi n’a pas pu aller à l’école. Il a été contraint d’abandonner l’école pour nourrir sa famille. Son père est alité en raison d’une fracture au pied droit, sa mère est atteinte d’une maladie incurable » a-t-il expliqué.

Le photoreporter de l’Agence Anadolu, Visam Al-Heshlemun, avait pris en photo l’arrestation de Fawzi, yeux bandés, par 23 soldats israéliens.

« L’unité militaire composée d’environ 50 hommes a tendu une embuscade aux lanceurs de pierres dans la région de Bab el-Zawiya en plein centre d’al-Khalil. Lorsque Fawzi est passé par cet endroit, les soldats lui ont sauté dessus et ont commencé à le battre violemment. Les soldats se sont acharnés sur le garçon et marchaient sur ses pieds. Ils l’ont ensuite relevé, lui ont bandé les yeux, et l’ont placé en garde à vue » a-t-il témoigné.

Le président de la République, Recep Tayyip Erdogan, avait sévèrement réagi à l’interpellation de ce garçon de 14 ans, les yeux bandés, au cours d’une adresse faite aux habitants de Sivas en fin de semaine.

اترك رد

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d مدونون معجبون بهذه: