Le mariage par la Fatiha

Le mariage par la Fatiha sans aucune autre forme de légalisation auprès des instances civiles officielles est depuis quelques années devenu le recours pour bon nombre de couples. Ce phénomène prend des proportions alarmantes au vu des conséquences engendrées par cette pratique souvent malheureuse, voire dramatique.

Pour sceller leur union, certains couples se contentent aujourd’hui, d’une lecture de la Fatiha en présence de deux témoins, au lieu de passer par la voie légale, en l’occurrence un acte de mariage établi par la mairie officialisant ainsi leur union. Si, par le passé, cette pratique, conforme aux préceptes de l’Islam, était acceptée, mais surtout assumée par la société, ce n’est pas le cas aujourd’hui. Autres temps, autres moeurs, les risques qu’engendre cette pratique sont devenus de plus en plus réels. La société connaît de grandes mutations tant sur le plan socioéconomique que sur le plan des mentalités. Ces dernières, de nos jours, il faut bien en convenir, malsaines dans beaucoup de situations, rendent ainsi nécessaire la transcription obligatoire auprès des instances officielles, stipulent les textes de loi, l’article 4 du Code de la famille marocain définit le mariage comme pacte fondé sur le consentement mutuel et une union légale et durable, entre un homme et une femme. Il a pour fin la vie dans la fidélité, la pureté et la fondation d’une famille stable sous la direction des deux époux conformément aux dispositions du présent code. »
Il est régi par les article 4 stipule la nécessité de sceller cette union entre deux êtres majeurs et consentants devant un Adoul . Malheureusement, cette disposition n’a pas empêché les couples de recourir au mariage par la seule et unique Fatiha en se limitant à la présence d’un imam et de deux témoins, parfois eux-mêmes invités à cette liaison sans aucun écrit, si la chose est conclue entre les deux couples sans la présence de leurs parents. Mais dans le cas où ces derniers sont mis dans la confidence, il y a lieu de constater la présence d’un taleb pour la lecture de la Fatiha selon les préceptes de la religion musulmane rendant ainsi la relation des deux êtres licite, un dîner comme offrande «laâcha taâ lahlal», sera suivi de youyous pour annoncer l’union.

Le phénomène du mariage par la Fatiha, très en vogue dans notre société ne préserve pas les droits de la femme, encore moins ceux des enfants, il est assimilable à un vulgaire concubinage. Et d’expliquer tout simplement: «Un homme qui s’unit à une femme par la Fatiha peut se séparer d’elle, dans le meilleur des cas grâce à la même Fatiha, avec la tranquille conviction de ne rien risquer. Pis encore, il peut facilement partir et s’éclipser et laisser son épouse livrée à elle-même, car il faut le noter, le taleb qui a scellé cette union n’a ni les moyens ni les attributions légales pour veiller à sa pérennité. Cette situation rend la tâche de la femme plus ardue pour faire reconnaître ce mariage.» Des statistiques, recueillies auprès des instances en charge des affaires relatives à la légalisation de mariages par la Fatiha, annoncent un record: rien que pour les années 2015et 2016 quelque 237 affaires pour la première et 412 pour la seconde, dont 50% ont été tranchées par la présence de témoins et les talebs qui ont scellé ces unions, pendant que les autres affaires sont toujours en cours.

Le mariage est prouvé par un extrait des registres de l’état civil. Les services de l’état civil de la mairie de Casablanca , qui accueillent chaque semaine des centaines de victimes dans ces cas, enregistrent quelque 100 à 120 demandes de reconnaissance de mariage, pendant que les tribunaux relevant de la circonscription de la cour de Casa continuent d’enrôler les affaires liées à la reconnaissance de mariage par la Fatiha et à la reconnaissance de la paternité, notamment au niveau du tribunal avec un taux de quelque 7%.
Rencontrées dans les couloirs des tribunaux de casa , quelques femmes victimes du mariage par la Fatiha se disent à l’unanimité, soucieuses pour l’avenir de leurs enfants, qui sont en âge d’être scolarisés, mais ne peuvent accéder aux bancs de l’école, faute d’un nom paternel.Sanaa, cette jeune maman à la fleur de l’âge, traîne derrière elle une fillette de 5 ans, Aya, au visage angélique, attend tout comme sa mère à ce que la justice l’aide à porter le nom de son papa qu’elle n’a jamais connu. «Elle avait 15 mois lorsque son père est parti sans jamais chercher à la voir», nous dira Sanaa en expliquant les circonstances de son mariage par la Fatiha: «J’avais 27 ans lorsque le père de ma fille est venu demander ma main à mon père, lui expliquant que je serais la deuxième femme car il avait une première.» 11 ans d’écart entre Sanaa et son mari qui a prétendu que sa première femme était gravement malade et qu’elle était condamnée médicalement. «Il disait que notre mariage par la Fatiha n’est qu’une affaire de temps, car il ne voulait pas blesser sa femme pour le peu de temps qui lui restait à vivre. Mon père a accepté , Malheureusement, ni la Fatiha ni l’acte de mariage établi par le Fakih, encore moins, la naissance de la petite Aya n’ont pu retenir le faux mari, qui, après avoir vécu avec Sanaa 15 mois, a fini par quitter le domicile conjugal qui était en location, sans le moindre mot ni trace. Aujourd’hui, Aya a 5 ans et doit être inscrite en cours préparatoire, mais il se trouve que la petite ne porte ni le nom de son père ni celui de sa mère. C’est là un cas parmi tant d’autres, tous similaires dans la pratique, mais pas dans les circonstances. Leur point commun est celui de faire reconnaître leur union auprès des tribunaux, soit par la faute de l’entêtement du mari soit à cause du parjure des témoins. Même si certaines raisons sociales, religieuses, psychologiques ou matérielles empêchent les nouveaux mariés d’officialiser leur union auprès des instances publiques, l’apparition aujourd’hui de maladies comme le sida «impose la sensibilisation des candidats au mariage sur la nécessité de se rapprocher des services de l’état civil. Ces derniers exigent pour l’établissement d’un acte de mariage un certificat médical de moins de 3 mois pour prouver l’absence de facteur organique ou physique pouvant rendre incompatible l’union des deux candidats au mariage», explique un avocat. Quant aux raisons qui poussent les femmes mariées par la Fatiha à recourir à la justice, c’est la naissance des enfants, ou pour régler une affaire de succession ou d’héritage, explique maître N.CH. avocate agréée à la Cour suprême tout en insistant sur l’officialisation du mariage pour préserver les droits de la femme et des enfants en cas de divorce ou de décès de l’époux.
Du côté masculin, les hommes ayant contracté un mariage par la Fatiha sont de plus en plus nombreux à refuser de reconnaître leurs enfants, encore moins leur union, estimant que les femmes sont responsables de leur situation, en acceptant dans un premier temps de se marier par la Fatiha, et de ne pas enfanter. Une fois le mariage consommé, elles obligent l’homme à reconnaître l’union et l’enfant; ce qui pousse ce dernier à partir. C’est pourquoi le nombre d’hommes à procéder à la reconnaissance de ce genre d’union est très réduit par rapport au nombre de femmes. C’est là des points de vue de différents hommes interrogés sur la pratique du mariage par la Fatiha, qui, malgré beaucoup d’efforts, est toujours appliquée. En dépit des mesures rigoureuses prises par les autorités Belges par ex , portant sur l’interdiction de la prononciation de la Fatiha, avant d’avoir officialisé l’union par un acte de mariage établi par les services de la mairie, puis présenté par les deux époux lors de la cérémonie de la Fatiha, malheureusement, cette disposition n’a pas eu l’effet escompté sur la pratique. Et par conséquence, le phénomène, non seulement persiste, mais prend de plus en plus d’ampleur en Europe où les cérémonies de la Fatiha sont organisées dans un cadre strictement familial au domicile de la mariée.
quiconque maîtrisant quelques versets coraniques est habilité à prononcer la Fatiha pour les candidats au mariage, mais aussi pour les femmes répudiées et renvoyées avec bagages et enfants, devenues des victimes emblématiques de cette pratique, qui se sont vu regagner le domicile conjugal après qu’un tel ait fait la lecture de la Fatiha et remarié les deux époux…, sachant pertinemment que la religion est très stricte en ce qui concerne les femmes répudiées notamment. Mais puisque la Fatiha est sujette aux subterfuges, elle est aussi un stratagème pour rendre licites certains péchés, Très en vogue depuis quelques années, le concubinage est une pratique qui permet à un couple de vivre ensemble sans être lié par les liens du mariage. «Mouachara rair charia», dira un imam approché pour en savoir plus sur la chose. L’homme de religion explique le phénomène du concubinage comme étant l’un des plus grands péchés réprouvés par Dieu dans son livre sacré: «Toute personne qui prétend au mariage doit se soumettre aux conditions édictées par le Coran. Ces mêmes conditions sont rapportées par le Code de la famille». Il citera, entre autres, la demande el khotba, la dot, les témoins et l’officialisation de l’union par les services de l’état civil. «En l’absence de ces éléments, la relation est considérée nulle et non avenue et entre dans le cadre des plus grands péchés», a expliqué l’imam en ajoutant: «Ainsi la religion musulmane considère les relations entre femmes et hommes désirant fonder un foyer comme étant des plus nobles. Hors cette optique, il n’y a pas lieu de parler de hallal et les versets coraniques sont très clairs sur ce sujet.» Mais en dépit des interdictions apportées par le Livre Sacré et imposées par les traditions arabo-musulmanes, les couples ont bravé toutes interdictions en prétendant au mariage par la Fatiha, qui selon certains, est lue par quelqu’un qui n’est pas habilité à le faire, et pourrait être lui-même témoin de cet acte établi verbalement entre le couple désireux de vivre ensemble sans être déclaré à l’état civil, ce qui lui permettra de retrouver sa liberté à tout moment.
En effet, aujourd’hui beaucoup de couples vivant en concubinage se disent dans une situation légale par le biais de la Fatiha. Mais est-ce que cette situation est légale et vis-à-vis de qui? En toute vraisemblance, ce n’est pas vis-à-vis de la religion, puisque conclusion faite, les quelques couples vivant en concubinage font allusion plutôt à la société, estimant que chacun est libre de vivre comme il veut et personne n’a un droit de regard sur l’autre. N.D., étudiante en médecine, vit depuis 3 ans avec son concubin T.F., cadre dans une administration à Bruxelles révèle: «Nous avons fait appel à un ami, il nous a lu la Fatiha pour éviter que les voisins de l’immeuble ne nous agacent, puisqu’on ne vit pas toujours ensemble, ainsi nous avons quelqu’un pour témoigner de notre relation et donc on n’est pas dans le péché». Apostrophé sur l’habilité de l’homme qui a scellé cette union, il s’avère être une connaissance de son compagnon. En tout cas, le concubinage demeure cette relation extra-conjugale passible de peine de prison et condamnée par la religion qui la considère comme adultère.
Le mariage établi par la Fatiha demeure une pratique difficile à contenir pour prouver une union, même si elle est établie selon les rites et pratiques de la religion. Conséquence pour l’un comme pour l’autre, le parcours du combattant pour faire valoir les droits aussi bien ceux de la femme que ceux des enfants.

 

اترك رد

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d مدونون معجبون بهذه: