L’Espagne expulse « entre 100 et 120 » Marocains arrivés à la nage à Ceuta

AFP

Spanish Guardia Civil members stand guard in the Spanish exclave of Ceuta bordering Morocco on April 13, 2021 after an attempt by migrants to breach the border fence. - Melilla and Ceuta, another Spanish territory in North Africa, have the European Union's only land borders with Africa, making then popular entry points for migrants seeking a better life in Europe. But while the overall number of migrants reaching Spain rose last year, the number crossing the land border into Ceuta and Melilla plunged by 72 percent compared with 2019 to 1,755, according to interior ministry figures. (Photo by Antonio Sempere / AFP)

Dimanche, une centaine de migrants s’étaient jetés à l’eau près de la ville de Fnideq afin de rejoindre l’enclave espagnole située à quelques kilomètres.
L’Espagne a conclu un accord avec le Maroc pour renvoyer dans leur pays une centaine de migrants marocains arrivés à la nage, dimanche 25 avril, à Ceuta, a annoncé mardi la préfecture de l’enclave espagnole. « Les expulsions ont commencé ce matin » et concernent « entre 100 et 120 » individus, tous « marocains » et « adultes », a détaillé la préfecture de Ceuta .

Les autorités marocaines ont quant à elles indiqué qu’une enquête judiciaire avait été ouverte concernant 23 des migrants expulsés, selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Ces 23 personnes ont été placées en garde à vue « pour élucider les motifs et les circonstances entourant cette affaire et déterminer ses éventuels liens avec les réseaux d’émigration illégale », a précisé la même source.
Dimanche, une centaine de migrants se sont jetés à l’eau près de la ville marocaine de Fnideq (nord) afin de rejoindre l’enclave espagnole située à quelques kilomètres et séparée du Maroc par une immense barrière de sécurité. La plupart ont été secourus en mer par les autorités espagnoles et trois personnes ont été hospitalisées pour hypothermie. La DGSN avait annoncé dans un communiqué l’interpellation de quatorze personnes « qui tentaient de quitter les côtes de Fnideq en direction de Ceuta ».

En février, la petite ville de Fnideq a été le théâtre de plusieurs manifestations contre la crise économique, amplifiée par l’arrêt de la contrebande avec Ceuta en 2019 et par la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. Face à la contestation, les autorités marocaines ont annoncé qu’un budget de 400 millions de dirhams (plus de 36 millions d’euros) avait été alloué à un programme de développement économique et social dans la région.

Ceuta et Melilla, l’autre enclave espagnole située sur la côte marocaine, sont les seules frontières terrestres de l’Union européenne avec l’Afrique, et des migrants tentent régulièrement de franchir en force les clôtures.

اترك رد

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d مدونون معجبون بهذه: