Le désespoir des Marocains bloqués en terre étrangère

El Kanabi

Plusieurs ressortissants Marocains, surpris par les décisions gouvernementales de suspendre les vols en provenance ou à destination de certains pays, sont bloqués çà et là à travers le monde. Les bloqués, pris au dépourvu par une décision aussi rapide qu’inattendue, se retrouvent pour certains d’entre eux dans une situation déplorable.

Visiteurs ou expatriés, ils ne peuvent rejoindre ou regagner le Maroc à chacun ses raisons propres. L’un étant coincé en terre lointaine et donc une volonté d’être rapatrié tandis que l’autre à ce désir de partager un mois sacré avec les siens.

Les Marocains coincés en Turquie, désespérés face à « la marginalisation et l’indifférence » dont ils se disent l’objet et au regard des « conditions difficiles » dans lesquelles ils vivent, depuis près de deux mois, au nombre de plus de 200, ont même interpellé à travers une lettre de pétition, le Souverain afin qu’il leur viennent en aide. Ils se plaignent notamment de leur  situation et des conditions de vie qui se dégradent de jour en jour.

Nombre de ressortissants marocains bloqués, n’étaient pas en vacances, mais en missions de travail, de voyages d’affaires ou pour cause de santé. L’attache avec le consulat du Maroc en Turquie ne se fait dans de bonnes conditions se plaignent-ils et ceux qui arrivent à passer entre les mailles du filet c’est à prix de plusieurs milliers de kilomètres, de transit et d’escales à l’autre bout de la planète, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde tant c’est long et coûteux.

Les autorités marocaines ont indiqué vouloir prolonger la fermeture des frontières vers la Turquie jusqu’au 12 avril, soit dans une semaine. En attendant et à moins d’une décision contraire le Royaume devrait prendre en compte la situation des Marocains en détresse si l’on peut dire ainsi, coincé en Turquie et en Egypte et demandant des vols spéciaux pour regagner le Maroc.

Ils sont plusieurs centaines de ressortissants marocains (femmes, enceintes, enfants, hommes, et personnes âgées ou malades…) entre ces deux pays à être bloqués souvent sans ressources ni soutien à chacun son sort. Il est aussi cette autre appréhension, de voir la décision gouvernementale inclure d’autres pays. Ce qui inquiète également la diaspora et particulièrement quant au Ramadan, un mois où beaucoup d’entre nos compatriotes préfèrent passer au sein de leur famille au Maroc.

اترك رد

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d مدونون معجبون بهذه: