Un drone Harfang impliqué dans l’attaque contre le Front Polisario ?

La rédaction

Avec ce tir de haute précision, Rabat démontre ses nouvelles capacités de projection, au risque de raviver les braises d’un conflit qui ne s’est jamais éteint.

Première frappe de drones contre le front Polisario 

Le 6 avril 2021, les FAR (Forces Armées Royales) ont mené une opération d’une ampleur inédite depuis le cessez-le-feu de 1991 avec le Front Polisario. Cette opération aurait permis la neutralisation d’Addah Al-Bendir, commandant de la gendarmerie du Front Polisario. Cette action de combat qui s’est déroulée dans la région de Tifariti (Nord-Est du Sahara marocain) fait suite à une tentative d’infiltration du « mur de sable » à l’est du Sahara «marocain  par des éléments du Front Polisario. Le secrétaire du Front Polisario, Ibrahim Ghali est quant à lui parvenu à s’échapper.

Tir de drones ou désignation laser ?

Si officiellement le Maroc ne dispose pas de drones armés, il dispose d’une expérience certaine dans la mise en œuvre d’avions sans pilote. Les FAR disposeraient de 3 drones Harfang (ex-Armée de l’Air et de l’Espace) et de quelques drones Bluebird de conception israélienne. Rappelons qu’en décembre dernier le Congrès américain a été informé d’une vente par FMS au Maroc de 4 drones armés Reaper MQ-9B Sea Guardian destinés aux missions de patrouille maritime. Évoqués pour cette frappe, les 4 MQ-1 Predator A n’auraient pas été utilisés. L’hypothèse la plus probable est donc l’utilisation d’un drone MALE Harfang d’Airbus désignant la cible à un avion de chasse grâce à son laser. Si le chasseur demeure inconnu, il pourrait s’agir d’un Mirage F1 MF2000, cet appareil dispose d’un système de communication sécurisé lui permettant d’interagir efficacement avec les Harfang. Le Maroc détient également deux satellites d’observation et de reconnaissance de type Mohamed VI. Basés sur la famille des Pléiades d’Airbus DS construits en partenariat avec la France, ils permettent de suivre les moindres mouvements suspects en zone Sahraoui.

Une guerre silencieuse 

Après presque 30 ans de cessez-le-feu, les hostilités entre le Front Polisario et le Maroc ont repris mi-novembre après le déploiement de troupes marocaines à l’extrême sud du Sahara marocain pour déloger le groupe de Polisarios qui bloquaient la seule route conduisant à l’Afrique de l’Ouest. Un axe routier qui serait, selon eux, illégal. Si l’on peut considérer qu’il s’agit d’une nouvelle escalade militaire, il convient de rappeler que la Maroc a accordé récemment un soin particulier à la modernisation de ses forces armées avec du matériel occidental et à l’entraînement de ses hommes. Contrairement au Front Polisario contraint lui aux techniques de guérilla. Malgré les différents plans de paix, les accrochages militaires reprennent selon une intensité inégalée depuis plus de trente ans.

اترك رد

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d مدونون معجبون بهذه: