Tindouf: appel à mettre un terme aux souffrances des femmes séquestrées

Belbazi

Les hommes, et surtout les jeunes, se font de plus en plus rares dans les camps de Tindouf. Sans perspectives, ils sont partis à la recherche d’une vie ailleurs. Qui chez les bandes terroristes qui s’activaient dans le nord du Mali. Qui dans les pays voisins, à la recherche d’un petit boulot pour assurer sa subsistance. Qui dans les prisons secrètes du polisario et de son protecteur algérien. Tous ces desperados partis ou involontairement absents, les femmes forment aujourd’hui le gros des populations séquestrées de Tindouf. C’est ce qui explique que le dernier né des mouvements de contestation locaux est exclusivement formé de femmes.
En effet, dès le début de l’année 2020, les camps ont vu la naissance d’un nouveau  mouvement anti-polisario. Sa particularité réside dans le fait qu’il est composé uniquement de militantes qui ont décidé de se regrouper pour dire haut et fort leur ras-le-bol face à la dictature que leur impose Brahim Ghali. Veuves dont les maris ont été liquidés, épouses dont les conjoints sont embastillés, mères séparées de leurs enfants envoyés sous d’autres cieux sous prétexte d’études, membres de familles dont le gros est allé depuis lurette rejoindre son pays d’origine, le Maroc…  elles sont des centaines de femmes à avoir subi jusqu’ici  leur calvaire en silence, et ce durant plus de trois décennies. Ces femmes sahraouies, pour la plupart au foyer, ont fini par créer une association, qu’elles ont appelée «la Coordination des femmes sahraouies pour le changement du régime».
Ce regroupement féminin a pour objectif  d’organiser une contestation pacifique afin de rendre justice à la femme sahraouie, justice qui, selon ces militantes, ne  peut se concrétiser qu’à travers un changement de régime.
Changement de régime ? Pour elles, c’est un doux euphémisme visant affirmer qu’il s’agit là de la seule solution qui leur permettra de lever les barrières militaires qui les étouffent et les empêchent de rejoindre leur Maroc natal. Le retour est en effet la seule issue qui pourra mettre fin, et définitivement, à leurs insupportables souffrances  et privations.

اترك رد

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d مدونون معجبون بهذه: