Le commissaire Vandersmissen reste mis à l’écart

Le recours du commissaire Vandersmissen, mis à l’écart suite à une intervention litigieuse d’un photographe à ses côtés lors d’une manif, a été rejeté par la chambre du Conseil d’État. Ce qui signifie que le directeur du service Intervention de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles reste à l’écart.

Le recours du commissaire Vandersmissen, directeur du service Intervention de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles introduit contre sa réaffectation temporaire à la Direction Surveillance Palais, a été rejeté par la chambre du Conseil d’État lundi, rapporte Le Soir.

Vandersmissen avait introduit un recours en extrême urgence contre cette décision de réaffectation le 24 septembre, estimant qu’elle portait «atteinte à son honneur et sa réputation». Ce recours vient d’être rejeté par la huitième chambre du Conseil d’État qui juge effectivement, dans son arrêt, que cette présupposée «atteinte» ne relève pas d’une gravité et d’une irréversibilité suffisante pour justifier une suspension urgente de sa mise à l’écart.

Le commissaire avait été écarté de sa fonction suite à des faits survenus en marge de la manifestation « La Santé en Lutte » du 13 septembre dernier. Il est mis en cause par sa hiérarchie pour avoir été témoin direct de l’usage d’un spray lacrymogène par un photographe qui ne détient pas le titre de policier et qui suivait le commissaire durant la manifestation.

Selon l’arrêt du Conseil d’État, Pierre Vandersmissen déclare bien avoir dénoncé l’usage infractionnel d’un spray lacrymogène auprès du Procureur du Roi, mais uniquement le 25 septembre, soit au lendemain de sa mise à l’écart.

اترك رد

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d مدونون معجبون بهذه: