Polémique en Allemagne sur les liens entre police et extrême droite

Police officers work at the scene where a man has taken two people hostage at a prision in Luebeck, northern Germany on June 17, 2019. (Photo by Daniel Bockwoldt / dpa / AFP) / Germany OUT

Un ordinateur de la police de Francfort a été utilisé pour une recherche sur une responsable de gauche

Les autorités allemandes doivent faire face à des accusations croissantes de proximité entre la police et la mouvance d’extrême droite, à la suite de menaces de mort envoyées à plusieurs responsables politiques.

La polémique a enflé après des révélations selon lesquelles un ordinateur de la police de Francfort avait été utilisé pour rechercher les données personnelles d’une responsable politique de gauche de cette région.

Celle-ci, Janine Wissler, a reçu plusieurs lettres ou emails de menaces de mort signés “NSU 2.0”, une référence à un groupuscule néonazi allemand, dont les membres ont commis une dizaine d’assassinats racistes pendant la décennie 2000.

Une avocate allemande connue pour défendre des migrants ou des Allemands d’origine étrangère, Seda Basay-Yildiz, a elle aussi reçu dans le passé des menaces de la part de ce mouvement extrémiste.

Et plusieurs responsables politiques du parti conservateur de la chancelière Angela Merkel ont été visés.

Le ministre de l’Intérieur de la région de Francfort, la Hesse, Peter Beuth, a annoncé dans ce contexte jeudi la nomination d’un “enquêteur spécial” pour tenter de faire la lumière sur cette affaire.

اترك رد

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d مدونون معجبون بهذه: