Ils demandent le rapatriement de leur père bloqué au Maroc

Habitant de Remiremont depuis plus de 50 ans, Mohamed Nourani est bloqué au Maroc à cause du confinement. Diabétique, cardiaque et souffrant fortement de cette solitude imposée, sa famille demande son rapatriement auprès des siens, en vain.

Ce ne devait être qu’un court voyage pour « traiter quelques papiers ». Parti seul au Maroc le 11 mars dernier pour quelques jours, Mohamed Nourani, un Romarimontain de 76 ans, y est aujourd’hui coincé sans possibilité immédiate de retour. « Il devait revenir plus tôt mais il n’y avait plus de billets. On lui a ensuite trouvé un vol le 14 mai qui a été annulé et il n’est pas prioritaire pour le rapatriement car il n’a pas la nationalité française », explique Naïma, sa fille, très inquiète. Confiné seul dans la ville de Khouribga où il n’a aucune famille, le moral du septuagénaire décline. Et sa santé, fragile, ne rassure pas non plus les siens, à des centaines de kilomètres de lui. « Il est cardiaque, diabétique, c’est une personne à risque. Et puis surtout il déprime, seul tous les jours, surtout pendant le ramadan », souligne celle qui se relaie avec ses six frères et sœurs au téléphone pour garder un lien avec leur père.

Une lettre à la commission des affaires étrangères

Matin, midi et soir, ils s’informent en temps réel de son état. Un moyen de se rassurer en cette période de crise sanitaire, mais aussi de maintenir le contact. « Ça lui fait du bien. Mais le pire, c’est que pour l’instant il ne sait pas que son vol du 14 est annulé. On a peur de sa réaction, qu’il ne le supporte pas », précise la Romarimontaine. Pour que la situation se décante au plus vite, les proches de Mohamed Nourani remuent donc ciel et terre depuis plusieurs jours. Saïda, l’une des filles, a ainsi écrit une lettre au député M. M’jid El Guerrab membre de la commission des affaires étrangères, dans laquelle elle évoque son problème. Une demande de rapatriement a également été déposée auprès du consulat de France au Maroc. « Ils nous ont répondu que le dossier avait été transmis aux services compétents. On n’en sait pas plus. Mais mon père c’est ici chez lui. Il a travaillé plus de 40 ans à Remiremont, il doit rentrer », insiste Naïma Nourani. Elle et tous les autres membres de la famille n’espèrent qu’une seule chose : son retour à leurs côtés le plus rapidement possible.

اترك رد

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d مدونون معجبون بهذه: