Coronavirus et confinement : et les sans-papiers dans tout ça ?

Comment rester confiné chez soi lorsque l’on n’a pas de chez soi ? Depuis l’entrée en vigueur des dernières mesures gouvernementale, le secteur cherche essaye tant qu’il peut de s’adapter tout en garantissant l’accès aux services de première nécessité.
Ils ont faim et soif. Les sans- papiers à Bruxelles sont encore plus aux abois qu’à l’accoutumée à cause de la crise du Covid-19. Sonia (35 ans) n’a pu que le constater lorsqu’elle est sortie prendre l’air mercredi aux alentours de 18h30. “J’étais à Yser  quand un Sans papier  m’a interpellée au loin: ‘Excusez-moi madame! Je ne suis pas méchant, vous savez. Mais vous n’avez pas un peu d’argent?’”

L’homme s’est précipité vers elle: “Ça fait deux jours que je n’ai pas bu ni mangé. Avec ce putain de coronavirus, on n’a plus rien!” Malheureusement pour lui, Sonia n’avait rien pour lui venir en aide: “J’ai tout de même essayé de m’éloigner de lui pour éviter toute contamination du virus. J’ai réussi plus ou moins à garder mes distances, mais j’avais peur qu’il postillonne.”

Des Sans papiers  qui font appel à la générosité des Bruxellois cela n’a rien d’inhabituel. Mais Sonia a remarqué une différence dans l’attitude de son interlocuteur: “On voyait qu’il était en panique et énervé.”

Autre cas

مقالات ذات صلة
1 من 235

Michèle (68 ans) a fait le même constat. Alors qu’elle rentrait de la pharmacie mardi vers 11h30, un autre sans papiers  l’a abordée à côté de la Gare du Nord en lui demandant “une petite pièce”. Elle portait un peu d’argent sur elle, mais elle a préféré lui dire qu’elle n’en avait pas: “Je n’avais pas envie qu’il m’approche à cause du coronavirus.”

Dès lors, le Sans papier en question s’est mis en rogne: “Coronavirus, coronavirus… On n’est pas des pestiférés. On n’a plus à boire ou à manger. Allez! C’est bon.

Agressivité

Michèle ne s’attendait clairement pas à une telle réaction: “L’agressivité est très vite montée. D’habitude, les sans papiers sont polis. Là, on sent qu’ils sont à cran. Ils n’ont plus de quoi vivre.”

Les personnes sans- papiers  sont confrontées à des difficultés supplémentaire face à l’épidémie: où se confiner, comment se nourrir, que faire si on tombe malade? Alors que les pouvoirs publics adoptent des mesures dédiées, les associations tentent de parer à une baisse de moyens humains.

اترك رد

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d مدونون معجبون بهذه: