google.com, pub-4622360082312857, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Théo Francken, qui était en contact avec l’ambassade du Maroc et les autorités de l’ULB

Abdelkader Hakkou, le professeur de l’Université marocaine Mohamed Premier, venu en Belgique dans le cadre d’un projet de coopération avec l’ULB, a bien été libéré en début d’après-midi à l’aéroport de Charleroi, et accueilli par les autorités de l’ULB. Ce professeur avait été refoulé à son arrivée à l’aéroport vendredi soir, puis emmené en centre fermé à Steenokkerzeel, en attendant d’être renvoyé au Maroc. L’office des étrangers avait en effet expliqué qu’il ne remplissait pas les conditions pour pouvoir entrer sur le sol belge. Le secrétaire d’Etat à l’asile et la migration Théo Francken, qui était en contact avec l’ambassade du Maroc et les autorités de l’ULB, annonçait ce dimanche midi que ses services allaient faire preuve de “flexibilité” vu le contexte, et qu’ils résilieraient la procédure de refoulement, une fois le dossier en règle. Son avocat, Julien Hardy, parle d’une situation déraisonnable: “On lui reproche de ne pas être clair sur l’objet de son séjour et de ne pas disposer de moyens de subsistances suffisants, alors qu’il vient sur le territoire dans le cadre de la coopération inter-universitaire chapeautée par l’état et que l’intégralité des frais sont pris en charge par l’ULB. On est face à un formalisme excessif et une décision manifestement déraisonnable et donc illégale”. Le professeur a pu quitter le centre fermé en fin de matinée, et a ensuite été conduit à l’aéroport de Charleroi pour récupérer son passeport et officiellement y être libéré. Il a précisé à la RTBF qu’il était déjà rentré six fois sur le territoire belge avec son visa français

اترك رد

This site is protected by wp-copyrightpro.com

%d مدونون معجبون بهذه: